Historique

Au milieu des années quatre-vingt dix, les femmes n’étaient pas au cœur des préoccupations politiques de recherche d’une meilleure égalité Hommes/Femmes dans le travail. Il n’existait que deux ou trois femmes « visibles » dans les métiers de l’immobilier et presque toutes chez des institutionnels, assureurs et banquiers.

En 1997, c’est au Mipim qu’une poignée de femmes qui ne se connaissaient guère voire pas du tout se sont retrouvées au hasard d’un cocktail au cours duquel la conscience aiguisée d’un certain sentiment de solitude les avait fait se rapprocher les unes des autres.

Ces femmes sont les membres fondateurs de ce qui allait devenir le Cercle des Femmes de l’Immobilier : Valérie Britay, Myriam Fréval, Anne Keusch, Ines Reinmann et moi-même.

Notre premier rendez-vous à Paris nous a effectivement réunies autour d’idées simples : créer un cercle pour les femmes où elles exprimeraient leur identité, leur différence, leurs difficultés, leurs ambitions, leurs exigences de vie, leur souhait de se connaître, de nouer des liens d’amitié, de partager leur force, leur faiblesse, leurs réflexions sur des sujets qui n’appartiennent qu’à elles. Un cercle qui serait un prétexte à les mettre en lumière à les faire connaître, bref à les rendre infiniment plus visibles qu’elles ne l’étaient dans ces professions immobilières que nous adorions sans toujours en être vraiment reconnues.

Très vite, le cercle a trouvé son nom, son logo, ses statuts et des fondateurs passionnés. Les premières ambitions vinrent tout à fait naturellement… Le « Cercle des Femmes » se voulait tout simplement un lieu d’excellence. Sa notoriété s’est marquée au fil des mois et l’appartenance au Cercle est devenue une vraie fierté identifiante pour chacune d’entre nous.

Le « Cercle des Femmes » est avant tout un cercle d’amitié et de bienveillance, d’entraide aussi quand cela est nécessaire.

Joëlle Chauvin, Présidente fondatrice du Cercle des Femmes